Les villages traditionnels de l’Alsace du Nord : si le Bas-Rhin m’était conté

villages-alsace

L’Alsace du Nord s’étend sur l’unité urbaine d’Haguenau et abrite plus de 140 communes en son sein. Parmi elles, de magnifiques villages pittoresques traduisent toute l’importance traditions alsaciennes encore fortement présentes aujourd’hui. Châteaux médiévaux, églises, habitations troglodytiques et tant d’autres trésors font partie intégrante de l’Alsace du Nord.

Seebach

Vous pouvez commencer votre itinéraire bucolique par Seebach, reconnaissable par ses maisons blanches dont les teintes immaculées tranchent avec les poutres et colombages noirs. Les Vosges, en arrière-plan, veillent sur les habitants. Certains jours, vous apercevrez une calèche sillonnant les rues : le cocher vêtu d’un grand manteau et d’un chapeau sombre semble être tout droit sorti d’un autre temps. Afin d’explorer l’âme ancienne de Seebach, rendez-vous rue des Forgerons où se dresse la plus vieille maison du village datant de 1720. Avec un peu de chance, le portail entrebâillé vous laissera admirer les escaliers fleuris et façades anciennes de ce logis séculaire.

hunspach

Poursuivez votre route jusqu’au village d’Hunspach, logé au cœur du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord. Classé parmi les plus beaux villages de France, il dresse le tableau d’un village typiquement alsacien avec ses édifices à colombages identiques drapés de pans de bois sombre. Dans sa boulangerie, vous trouverez les délices du terroir dont certains sont produits uniquement à Hunspach ! Mais si le lieu demeure célèbre dans les esprits alsaciens, c’est principalement pour son ouvrage militaire considéré comme le plus grand de la ligne Maginot, j’ai nommé le fort de Schœnenbourg, édifié entre 1931 et 1935 et entièrement restauré. Ces immenses blocs de béton jaillissant de terre protégeaient autrefois les soldats de l’ennemi. On peut les visiter et avoir un aperçu de leur quotidien, notamment au sein des chambres de tirs où sont exposés les armements de l’époque.

Plus au sud, le village de Merkwiller-Pechelbronn est semblable à un western de l’est français. D’immenses pompes se nichent au beau milieu des champs de blé. Elles sont le résultat d’un gisement de pétrole découvert au XIXe siècle dans la région. Les raffineries furent fermées dans les années 70 et de cette période subsistent d’incroyables reliques issues de l’âge d’or alsacien. Leur robe métallique se fond désormais avec la nature environnante. On peut découvrir leur histoire au sein du musée dédié à l’épopée de l’or noir au sein du village. A cet effet, une galerie de mine d’extraction en pétrole liquide a été reconstituée. Un parcours des plus immersifs !

Hoffen, Obermodern-Zutzendorf, Munchhausen et tant d’autres localités font la fierté des villages d’Alsace du Nord. Pour le visiteur, c’est un véritable voyage dans le temps…

Article réalisé pour France Voyage, susceptible d’être modifié par le client.


Partager cet article

Notre-Dame-de-la-Garde : emblème de Marseille

Notre-Dame-de-la-Garde

Surplombant la Cité Phocéenne, Notre-Dame-de-la-Garde veille au grain sur les citadins. Quel que soit le quartier, on aperçoit sa façade immaculée hissée depuis les hauteurs, à 147 mètres au-dessus de la ville.

Pour accéder à la basilique, empruntez le joli escalier drapé de blanc à la rampe finement sculptée et passez par le pont-levis. Ce dernier constitue un témoignage des premières construction de Notre-Dame-de-la-Garde, érigée à l’origine par François Ier en 1524 afin d’assurer la défense de la ville. Le pont fut remplacé au XIXe siècle mais il n’en reste pas moins toujours opérationnel et se voit relevé chaque soir.

Face à la basilique, admirez son architecture romano-byzantine. La façade extérieure, élégamment habillée de baies et colonnes, est surmontée d’un clocher carré haut de 41 mètre. Levez les yeux et contemplez son campanile servant de socle à l’immense statue dorée de la vierge (portant l’affectueux surnom de « bonne mère »), mesurant 11 mètres de haut.

L’antre de la basilique, quant à lui, est d’une richesse chromatique impressionnante. Observez l’alternance de marbre blanc, rouge et de tableaux de céramique répartis en 1200 m2 de mosaïque. L’ensemble forme une extraordinaire palette de couleurs, dont l’or reste le fil conducteur. Les origines de ces magnifiques matériaux proviennent de toute la méditerranée, traduisant un éclatant mariage entre Orient et Occident, de l’Italie à la Grèce, en passant par l’Algérie. Les murs se parent également de tableaux et d’objets constituant les offrandes faites à l’église en signe de reconnaissance.

Notre-Dame-de-la-Garde.exterieur

© Jean-Pierre Dalbéra

Avant de quitter cette basilique séculaire, attardez-vous sur le parvis offrant une vue panoramique sur tout Marseille, notamment le Vieux-Port et la cathédrale de la Major, cernés d’une rivière de collines. Sans doute le plus beau panorama sur la cité.

Partager cet article

Les grands lacs de la Forêt d’Orient

Lac-Piney

Le Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient fait partie des plus majestueuses réserves de l’Aube. Ses 70 000 hectares sont répartis entre différents secteurs : la Champagne humide, crayeuse et la vallée de l’Aube où viennent se lover les trois grands lacs de la Forêt d’Orient. Troisième réserve aquatique de France, ils attirent tout naturellement une vaste palette d’oiseaux ravissant les passionnés d’ornithologie. Munissez-vous de vos plus belles bottes de pluie et partez explorer cette contrée sauvage où l’eau azur se dessine entre des bandes de terre sinueuse et drapée de vert. Continuer la lecture de « Les grands lacs de la Forêt d’Orient »

Partager cet article

La réserve naturelle de Scandola : une presqu’île intacte

Réserve_naturelle_de_Scandola

Logée au sein du Parc Naturel Régional de Corse, la réserve de Scandola dévoile ses terres sauvages au nord du golfe de Porto. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle abrite 900 hectares d’espace terrestre et 1000 hectares dédiés à la Grande Bleue. Continuer la lecture de « La réserve naturelle de Scandola : une presqu’île intacte »

Partager cet article

Notre séjour à Monterey, petite côte d’azur californienne

monterey-ishermans-wharf

Jour 3 (suite) : Arrivée à Seaside, chez Jim !

Monterey étant une petite ville côtière charmante mais aux prix assez excessifs, nous avons décidé de nous arrêter dans les environs, à Seaside, une petite banlieue en tous points semblable à l’image que l’on se fait des suburbs résidentiels : maisonnettes blanches au toit assez bas, garages en pente et petits coins de jardins proprets… Encore un peu et l’on se croirait dans un épisode de Desperate Housewives Continuer la lecture de « Notre séjour à Monterey, petite côte d’azur californienne »

Partager cet article

De Los Osos à Los Angeles, en passant par Malibu !

LA1

Jour 5 : En route pour LA

Cap sur Los Angeles ce matin ! Mais avant de mettre les voiles, nos hôtes nous ont gentiment laissé quelques pâtisseries pour le petit déjeuner, mais aussi de quoi nourrir les chèvres ! Nous voilà partis pour une session ranch à l’américaine. Poules, chèvres, chats, brebis et chevaux sont également du voyage, pour mon plus grand bonheur. Continuer la lecture de « De Los Osos à Los Angeles, en passant par Malibu ! »

Partager cet article

Parc Naturel Régional de Lorraine : bienvenue en terre d’évasion

Répartis sur trois départements lorrains (Moselle, Meurthe-et-Moselle et Meuse), le Parc Naturel Régional de Lorraine étend ses terres sur environ 2100 hectares. Partagé entre les teintes cristallines de ses eaux, le camaïeu de vert de ses vastes espaces boisés agrémentés de coloris ocre et orangés apparaissant au gré des saisons, le parc dresse le portrait d’une nature saisissante. Continuer la lecture de « Parc Naturel Régional de Lorraine : bienvenue en terre d’évasion »

Partager cet article

Le château du Haut-Koenigsbourg : huit siècles d’histoire franco-allemande

Château du Haut-Koenigsbourg

Parmi les 400 vestiges figurant sur la route des châteaux d’Alsace, le château du Haut-Koenigsbourg est sans doute le plus impressionnant mais aussi le mieux conservé.

Continuer la lecture de « Le château du Haut-Koenigsbourg : huit siècles d’histoire franco-allemande »
Partager cet article

Marseille, cité caméléon

Celle que l’on nomme la Cité Phocéenne semble nous offrir mille cités en une. Même si la vibrante Marseille fait débat auprès des voyageurs, elle n’est certainement pas dénuée de richesse patrimoniale. Plus vieille ville de France, elle accueillit de nombreuses cultures à travers les âges qui lui confèrent aujourd’hui un caractère sensiblement cosmopolite. Continuer la lecture de « Marseille, cité caméléon »

Partager cet article

Les Bouches-du-Rhône : la Provence dans toute sa splendeur

aix-en-provence

Les Bouches-du-Rhône conservent en elles les empreintes de la nature et de l’histoire à travers les âges, et concentrent en leur sein une mosaïque de traditions provençales. Versatiles, elles changent de visage au gré de leur territoire, tantôt rocailleuses et sauvages au cœur du Parc national des Calanques baignant dans leurs eaux turquoise, tantôt luxuriantes en Camargue.

Les Bouches-du-Rhône nous dévoilent leur patrimoine au sein de villages de caractère, des célèbres Baux-de-Provence jouxtant un littoral inoubliable agrémenté d’une fascinante architecture médiévale, à Fos-sur-Mer et ses vestiges perchés dans les hauteurs.

Aix en Provence

De nombreuses cités symbolisent à leur tour toute la richesse buccorhodanienne : Aix-en-Provence la coquette où se nichent de magnifiques hôtels particuliers et portes sculptées, Arles l’antique conservant précieusement ses majestueuses arènes et son théâtre d’époque, mais aussi Marseille, ville caméléon aux quartiers si contrastés que l’on croirait visiter mille cités en une.

Au cœur du chef-lieu, les activités culturelles fleurissent comme bourgeon au printemps : aux côtés du moderne MuCEM se dressent les témoins d’une histoire séculaire, des Accoules au mythique quartier du Vieux-Port.

calanques

Les calanques de Marseille

Mais s’il existe bien un endroit que l’on ne peut décemment oublier au sein des Bouches-du-Rhône, ce sont les calanques, semblant concentrer toute la magnificence de la région en leurs terres. Observez les roches où s’entremêlent le calcaire grisonnant et la végétation verdoyante. Jaillissant d’une mer cristalline, elles nous rappellent quelque peu le dessin d’un volcan endormi au-dessus des eaux. Rien de tel qu’une exploration en bateau pour découvrir les bouts de terre dissimulé au cœur de la Grande Bleue.

bouillabaisse

Bouillabaisse

Enfin, les Bouches-du-Rhône font aussi la part belle à la gastronomie provençale. Tant de produits illustrent la fécondité de la région et de ses fonds marins, de l’huile d’olive gorgée de soleil au sel de Camargue, en passant par la célèbre bouillabaisse. En fin d’après-midi on sirote l’incontournable pastis, bercés par le chant des cigales. En visitant les Bouches-du-Rhône on comprend soudain pourquoi Cézanne ou Van Gogh se sont éperdus de leurs paysages, dressant le portrait d’un département infiniment généreux formant une sublime palette de contrastes.

Article rédigé pour France-Voyage.com, susceptible d’être modifié par le client.

Partager cet article